mer. Mar 3rd, 2021

Dr Guida Landouré: « Mon objectif est d’acquérir des connaissances que je peux transmettre à d’autres personnes dans mon pays »


Mon objectif n’est pas d’aller quelque part … où je peux être mieux payé. Mon objectif est d’acquérir des connaissances que je peux transmettre à d’autres personnes dans mon pays »- dixit Dr Guida Landouré, chercheur financé par H3Africa à Bamako, Mali, lors d’une interview accordée à
© Oman Seth Ahouansou, de la Financial Times de Londres.

Landouré est né dans le centre du Mali, le dernier de 28 enfants d’un instituteur coranique et de ses trois épouses. Sa famille s’occupait du bétail. Après avoir terminé son doctorat à l’University College London, Landouré est retourné pendant deux semaines aux États-Unis, où il avait auparavant travaillé au NIH.

«Les gens disaient:« Pourquoi ne restez-vous pas? »J’ai dit:« Non, je suis venu dans le pays pour chercher quelque chose que je ne pouvais pas obtenir chez moi »», dit-il. «Les docteurs sont des milliers aux États-Unis, des milliers au Royaume-Uni, mais un doctorat en neurologie ou en neurogénétique au Mali? Il n’y en a pas. Mon objectif n’est pas d’aller dans un endroit où il m’est facile de travailler ou où je peux être mieux payé. Non. Mon objectif est de venir ici pour acquérir des connaissances que je peux aussi transmettre à d’autres personnes dans mon pays, celles qui n’ont pas eu l’opportunité de venir ici, de les former.

En 2013, Landouré a reçu sa bourse H3Africa pour étudier les racines génétiques de troubles neurologiques héréditaires tels que la dystrophie musculaire ou la maladie de Huntington. Beaucoup de ces troubles sont étudiés ailleurs. Certains ont même un remède. «Mais nous n’avons même pas fait l’enquête sur ces maladies en Afrique», dit-il. Je pense qu’il est plus acceptable pour la population africaine de voir ses pairs africains faire la recherche, plutôt que des gens de l’extérieur.

Cela peut rappeler aux gens l’ancien temps Dr Guida Landouré Il y a cinq mois, le laboratoire de Landouré a découvert une forme d’épilepsie myoclonique progressive causée par une mutation génétique qui n’avait auparavant été documentée que chez deux autres patients, un Allemand et un Italien. Le trouble peut être traité avec un composé peu coûteux appelé acide folinique. «Le patient ne pouvait même pas tenir la tête haute et était complètement absent. Mais quand nous l’avons vu plus tard, il jouait! il dit. «Vous pouvez donc voir comment la génétique peut changer la vie de cet enfant.

C’est ce qui nous fait penser que nous devons continuer. En parcourant le laboratoire, il est impossible de ne pas reconnaître les limites extrêmes auxquelles la plupart des scientifiques africains doivent travailler. «C’est complètement différent», dit Landouré. Un laboratoire NIH aux États-Unis est entièrement équipé, avec des collègues experts pour faire rebondir les idées. «Mais ici, quand je suis venu, ils vous donnent un espace vide. Vous apportez tout. Le laboratoire dispose d’un certain nombre d’instruments à la pointe de la technologie, conservés sous une feuille de plastique florale. Les frais d’expédition et le diesel pour le générateur absorbent une grande partie du budget.

Le financement H3Africa de Landouré est utilisé pour l’ensemble du département de neurologie. Il finance des bourses pour les étudiants, la clinique au rez-de-chaussée et la formation pour les étudiants et les professeurs – un renforcement des capacités important, bien que cela enlève la recherche. Mais il espère que cela soutiendra la recherche médicale au Mali pour les années à venir, insufflant la confiance aux personnes qui pourraient autrement se méfier. «Je pense qu’il est plus acceptable pour la population africaine de voir ses pairs africains faire la recherche, plutôt que de voir des gens de l’extérieur», dit-il. «Cela peut rappeler aux gens le bon vieux temps, les gens qui entraient, prenaient les ressources et sortaient.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :